Le présent site est l'ancêtre de la revue Dérivations. Il reste en ligne à titre d'archive.

Une publication de l'asbl urbAgora

Le chaînon manquant

Un journal en ligne sur les questions urbaines à Liège
jeudi 26 janvier 2012

En ville

L'ancien institut de stomatologie à Bavière en sursis

26 janvier 2012 - par Sébastien Charlier

Décidément, les témoins majeurs de l’architecture des années 30 connaissent un avenir contrasté à Liège. Alors que les programmes de réaffectation de la piscine de la Sauvenière et du site du Val Benoît semblent être en bonne voie, deux édifices emblématiques de l’entre-deux-guerres, connaissent un avenir incertain. La patinoire de Liège (ancien palais permanent de la Ville de Liège, arch. Jean Moutschen, 1939) est aujourd’hui désaffectée tandis que l’ancien institut de stomatologie (arch. Charles Servais, 1939) est promis à la démolition. En cité ardente, des voix s’élèvent déjà contre la disparition d’un édifice qui pour beaucoup laisse craindre l’abandon définitif du projet « Bavière », l’un des plus beaux exemple de requalification urbaine de ces dernières années.

JPEG - 347.9 ko
Fig. 1 : Institut de stomatologie, façade ouest, photographie non datée prise du boulevard de la Constitution. © Collections artistiques de l’Université de Liège.

L’institut de stomatologie

En 1926, l’Université de Liège installe un petit service de stomatologie dans une maison particulière du boulevard de la Constitution. Situé dans l’ensemble hospitalier de Bavière, le service rencontre un succès certain et se révèle vite trop exigu. Dans les années 20, la dentisterie devient une discipline universitaire et les soins dentaires ne peuvent plus être exercés que par des diplômés de l’université (licenciés en sciences dentaires). La nécessité de nouvelles infrastructures s’impose. Le nouveau bâtiment s’inscrit dans un contexte de modernisation des bâtiments universitaires marqué notamment par la construction des nouveaux instituts du Val Benoît. En 1934, Charles Servais est choisi pour établir le programme des nouvelles constructions. Ce jeune architecte, diplômé avec grande distinction de l’Académie royale des Beaux-Arts de Liège en 1927, remporte le Prix Marie la même année. Malgré un brillant parcours scolaire, sa production reste discrète et on ne lui connaît que la réalisation de quelques habitations privées (rue Fond Pirette, 1932) et un projet avorté d’immeuble à appartements (rue Saint-Laurent, 1939). La construction d’un institut universitaire représente donc pour Servais une commande importante. Servais dresse les plans en collaboration avec Henri Fauconnier. Chargé de cours, il connaît bien l’organisation des grands instituts de stomatologie étrangers.

L’institut de stomatologie doit répondre à deux exigences : former les futurs médecins et dentistes et assurer le service médical pour la population. Le chantier est inauguré en 1937 mais connaît de nombreux retards. Les travaux sont terminés en 1940 et, l’année suivante, les patients peuvent être soignés. L’inauguration officielle a lieu en 1946. Entouré par le home pour infirmière, les cliniques d’urologie et de pédiatrie l’édifice est implanté sur une parcelle modeste. Il comporte 4 niveaux qui reposent sur une structure métallique pensée pour supporter un exhaussement ultérieur. Un ensemble de 83 pieux Franki constituent les fondations.

JPEG - 521.6 ko
Fig. 2 : Institut de stomatologie, façade est en construction, photographie non datée. © Collections artistiques de l’Université de Liège.

Le rez-de-chaussée conjugue les fonctions d’accueil et d’enseignement : on y trouve une grande salle d’attente capable d’accueillir près de 80 personnes, des installations sanitaires, une salle de comptabilité, un auditoire pour 50 à 60 élèves avec vestiaires, une bibliothèque spécialisée, une salle de collection, un bureau pour le professeur directeur, un bureau pour les assistants et une salle pour le personnel. Le premier étage est dominé par la vaste salle de clinique en liaison avec la salle d’extraction qui occupent toute la longueur de la façade. Une large baie vitrée permet un éclairage naturel optimal de cet espace dédié aux soins. Séparés par un large hall, les espaces réservés au personnel et aux étudiants comportent une grande salle de démonstration, un laboratoire pour 25 élèves, une salle de radiographie avec chambre noire, un local de stérilisation et une laboratoire de pharmacie. Le second étage se compose d’une salle de prise d’empreintes avec salle d’attente, d’une salle pour l’anesthésie générale, d’un petit espace de repos avec wc, d’un grand laboratoire de prothèse pour 25 étudiants et d’un local pour les mécaniciens. L’accès aux différents niveaux se fait grâce à un grand ascenseur ainsi que par une belle cage d’escalier entièrement vitrée. Au niveau du traitement de la façade, Charles Servais s’inscrit dans un éclectisme donnant la parole tant au vernaculaire qu’au modernisme des années 30. Ce compromis se marque particulièrement dans le dialogue de la brique et du verre qui constituent les deux principaux matériaux de la façade. La mise en avant du jeu des volumes illustre quant à elle une tendance de l’architecture moderne que l’on retrouve souvent à Liège notamment dans les constructions du Val Benoît ou dans les œuvres des frères Moutschen, de Ernest Montrieux, de Henri Snyers ou des membres du Groupe L’Equerre. Comme eux, Charles Servais rejette l’ornementation gratuite. Seules les baies du demi sous-sol et les bouches d’aération sont décorées de grilles aux formes géométriques. Publié par de nombreuses revues spécialisées belges et étrangères, l’institut de stomatologie fait l’objet d’un long article dans la revue Bâtir qui souligne « la qualité essentielle du rythme de la bâtisse » |1|.

JPEG - 526.1 ko
Fig. 3 : Institut de stomatologie, 17 septembre 2004. © Sébastien Charlier

Pendant 30 ans, le bâtiment ne connaît pas de transformations notables. Il faut attendre le début des années 70 pour voir la modernisation de l’édifice et l’exhaussement de deux nouveaux étages. En 1985, contrairement aux autres services de l’hôpital de Bavière, l’institut n’est pas transféré au Sart Tilman. Ce choix de rester au cœur de la ville est délibéré : au cours de sa formation, l’étudiant doit être mis en contact avec la réalité professionnelle. Le maintien dans le centre ville assure une proximité avec les patients. Bref répis pour cette clinique qui sera finalement abandonnée par l’université qui préfère investir dans de nouvelles installations sur le site des polycliniques Brull. En 2001, l’ancien institut de stomatologie est définitivement fermé et laissé aux mains des vandales.

En 2005, la Ville de Liège entend valoriser le site de Bavière en privilégiant le logement. En février 2006, le lauréat est désigné et le projet, outre la construction de 600 logements, maintient l’institut de stomatologie dans le dispositif global. Une affectation reste cependant à définir pour ce « symbole architectural de la modernité héroïque » |2|. En 2008, le projet immobilier tombe à l’eau. Le promoteur entend aujourd’hui se débarrasser du terrain et vient de déposer une demande de permis de démolir l’ancien institut. Dans l’indifférence générale ?

Article à paraître dans les Nouvelles du patrimoine.

Lire aussi : La dentisterie menacée ? Bavière à la croisée des chemins, communiqué d’urbAgora, 20 janvier 2012.

|1| VAN EVERBROECK, Louis, L’institut de stomatologie de l’Université de Liège dans Bâtir, n° 75, Bruxelles, février 1939, p. 70.

|2| LANTAIR, Georges-Eric, Le triangle Bavière, un projet pour la cité dans Art&fact – L’architecture au XXe siècle à Liège, Liège, 2009, p. 167.

Les commentaires des internautes

4 messages

Qu’en est-il ?
posté le 25 mai 2015 par Steph

Qu en est il de l avenir de ce bâtiment ??
il faut le préserver...
stephan A.


Un chancre urbain
posté le 17 novembre 2014 par noflag

Est-il vraiment nécessaire de vouloir garder, pour le réhabiliter, ce qui apparaît comme un véritable chancre urbain pour tout qui entre à Liège
par le Nord, et à quel prix ?


L’ancien institut de stomatologie à Bavière en (...)
posté le 1er août 2013 par ZIMMERMANN Béatrice

bonjour
j’ai été impressionnée par l’état de délabrement de ce beau bâtiment ! Où en est on avec les projets ? démolition ou pas ?
J’aime beaucoup ce bâtiment typique des années 30.

Je suis une photographe amateur (élève à l’académie des beaux arts de Spa en photographie) et je souhaiterai pouvoir faire des photos à l’intérieur du bâtiment.
En effet nous sommes plusieurs élèves passionnés de ces vieux bâtiments qui risquent de bientôt tomber dans l’oubli

Qui peut on contacter ?
Bien à vous


Joseph et non Jean
posté le 15 juin 2012 par J.-Ph Moutschen

La patinoire de liège est une œuvre de l’architecte Joseph Moutschen et pas de son frère Jean. Je possède les épures et les avant-projets qui le confirment. Joseph Moutschen était par ailleurs le professeur de Charles Servais.


Postez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.